ActualitésApéritifsArt de la tableRecette

Comment brasser sa bière maison ?

Pour commencer...

Quand mon responsable communication m’a dit (Je le cite): “Justine, il faut que tu testes le kit pour faire de la bière maison, pour écrire un article sur ce produit pour le blog”, eh bien…, j’ai dit “Banco” (Enfin, en vrai j’ai dit, “oui, ça me parait une très bonne idée, je m’y mets tout de suite” Respect de la hiérarchie, oblige ! ). Alors voilà, j’ai embarqué le kit à la maison “Le petit précis pour brasser sa bière à la maison” et j’ai commencé par de la lecture, celle de la notice en l'occurrence (principale source de l’article qui suit). Après quelques minutes seulement, j’ai réalisé que je ne dégusterais pas mes réalisations le soir même, mais seulement après un mois d’attente. Pas découragée pour un sou (“Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage” Jean de Lafontaine), j’ai commencée à m’organiser.

9 étapes pour créer sa bière maison !

Etape 1 - Lister le matériel dont je vais avoir besoin !

 

  • Désinfectant
  • Du papier absorbant
  • Deux grandes casseroles d’environ 2 à 3 litres
  • Une bassine ou un seau
  • Une grande passoire fine
  • Une grande cuillère à écumer ou bien un écumoire
  • Des bouteilles
  • Des bouchons ou capsules
  • Du malt, du houblon et de la levure (retrouvez les meilleures adresses en fin d’article)

 

Etape 2 - Les matières premières

C’est très simple, pour faire de la bière, il faut des céréales maltés, du houblon, de la levure et de l’eau. Pour un processus réalisé à la maison, il faut régulièrement ajouter un petit peu de sucre ou de miel (je reviendrai un peu plus loin dans l’article sur ces différents ingrédients pour approfondir un peu vos connaissances en la matière).

Etape 3 - Désinfecter

Une hygiène parfaite est essentielle pour éviter le développement de bactéries nocives durant le processus de fermentation (mais aussi, pour laisser les bonnes bactéries faire leur travail). Il m’a donc fallu faire un grand coup de nettoyage sur tout le matériel. Comment ai-je procédé ? Eh bien… J’ai frotté ! Oui, mais pas que… Il existe énormément de sites, dont certains à conseiller (je vous laisse les liens en fin d’articles), sur lesquels vous trouverez l’essentiel pour désinfecter, mais aussi de grandes variétés de houblon, malt, etc…

Etape 4 - L’empâtage

En gros, cette étape consiste à faire infuser les céréales dans de l’eau chaude. La partie la plus délicate étant de surveiller pendant toute cette opération la température de “La trempe” (à ne pas confondre avec la trempette… Pour les fans de Roger Rabbit).

Effectivement, pendant une heure, le mélange doit être maintenu entre 63° et 68°, puis il faut augmenter la température jusqu’à 77° (technique de base et simple, il existe une technique plus précise mais un peu plus compliqué qui consiste à procéder par palier).

Etape 5 - La Filtration

Pour obtenir (enfin) le mélange qui deviendra de la bière, il va falloir filtrer le liquide dans lequel les céréales ont infusé (la trempe), puis rincer les céréales égouttées avec de l’eau chaude afin de recueillir le maximum de composants et de compléter le mélange filtré. Le mélange final obtenu s’appelle le moût.

Etape 6 - L’ébullition et l’ajout du houblon

Le moût obtenu précédemment va maintenant bouillir pendant une heure. Pour quoi faire, me direz vous ? Cela permet de le stériliser, de le concentrer et d’éliminer certaines molécules comme des protéines qui rendent la bière trouble. C’est lors de l’ébullition que l’on ajoute le houblon, en plusieurs fois. La cuisson du houblon permet d’en extraire les saveurs et les arômes.

Etape 7 - Le refroidissement et le transfert

Après l’ébullition, il faut refroidir le moût rapidement. En effet, l’introduction de la levure ne peut se faire que si le moût (attention à ne pas le bourrer hihi) est redescendu en dessous de 21°. Il vaut mieux que le refroidissement s’effectue le plus vite possible pour éviter la formation de bactéries.

Etape 8 - La première fermentation

Ensuite, il s’agit de rajouter la levure directement dans la bonbonne. Avec la levure, la fermentation va rapidement commencer. C’est pendant les premiers jours qu’elle est la plus forte et la plus spectaculaire. (La bonbonne peut même déborder si vous l’avez trop remplie…) Puis il faut fermer la bonbonne avec le bouchon percé et ajouter le barboteur rempli d’eau pour laisser le CO² s’échapper sans laisser entrer les bactéries de l’air. Au bout de 2 à 3 jours, les levures se calment, il faut maintenant laisser la bonbonne dans une pièce sans lumière pendant 2 semaines. La levure va alors se déposer au fond de la bonbonne.

Etape 9 - L’embouteillage

Maintenant que la bière a fermenté, il s’agit de la mettre en bouteille. Il va falloir ajouter du sucre, du miel ou de l’extrait de malt pour rendre la bière mousseuse puis procéder au soutirage (faire passer la bière sans la levure à l’aide du tuyau fourni.

IL EST IMPORTANT DE TOUJOURS TOUT DÉSINFECTER POUR ÉVITER LES BACTÉRIES.

PS: Ne vous inquiétez pas, ce n’est pas si compliqué que ça en a l’air et de plus la notice est bien plus précise que je ne le suis…

Quelques explications sur les matières premières

Les céréales maltés

La bière est fabriquée à partir de céréales, le plus souvent de l’orge, mais cela peut être aussi du blé, ou bien même du riz.
Pour donner de la bière (ou bien même du whisky), les céréales sont maltées (germination forcée) pour développer les sucres, puis séchés.
Il est possible d’en acheter en sachet ou en kit, déjà broyé ou en extrait de malt.

Le houblon

Il s’agit de l’inflorescence d’une plante grimpante. Le houblon apporte de l’amertume à la bière, des saveurs particulières ainsi que des propriétés antibactériennes.
Il existe de nombreuses variétés de houblon, on peut même en utiliser plusieurs sortes dans une même bière pour jouer sur les saveurs et équilibrer l’amertume.

La levure

Ce sont des bactéries qui développent la fermentation. Jusqu’à Louis Pasteur, on ne contrôlait pas cet aspect de la fermentation, c’étaient donc les bactéries dans l’air qui la contaminaient la bière et la fermentaient.
Aujourd’hui, les levures étant choisies, le processus est plus sûrs et constant.

PS: Retrouvez encore plus d’information dans la notice d’accompagnement du kit “Le petit précis pour brasser sa bière à la maison

 

Quelques idées pour customiser sa bière

On peut ajouter des épices en fin d’ébullition comme la canelle, la cardamone, la coriandre, la vanille… Ou même des écorces d’agrumes.
Modération sinon le goût en sera trop prononcé.

Le café

On peut ajouter des grains pendant l’ébullition, ou alors verser dans la bonbonne un peu de café frais après les premiers jours de fermentation.

Les fruits rouges

On les rince avec la solution désinfectante et on les ajoute, entiers, dans la bonbonne après les premiers jours de fermentation. On peut aussi les cuire très brièvement et les ajouter en purée légèrement écrasée.

Le miel

On peut remplacer le sucre ajouté au moment de l’embouteillage par un miel de son choix, y compris un miel très aromatique.

Quelques recettes

Bière blanche parfumée

250 g de malt pale concassé
250 g de malt de blé concassé
3 à 5 g de houblon Saaz
3 g de levure Belgian Witbier
2 à 3 zestes de citron bio prélevés à l’économe
Un quart de cuillerée à café de graines de coriandre concassées

 

Bière à la framboise

300 g de malt Lager
200 g de malt de blé  
2 g de houblon Challenger
3g de levure American Wheat
250 g de framboises rincées dans la solution désinfectante (choisir une solution sans rinçage)

PS: Retrouvez aussi les recettes de bière fumée et bière au gingembre directement dans le kit Le petit précis pour brasser sa bière à la maison

Quelques adresses internet pour les achats des matières premières

brewandbeer.com

brooklynbreewshop.com

happybeertime.com

anaisetpedro.com

 

Je rappelle que l'abus d'alcool est dangereux pour la santé, à consommer avec modération !
Savoureusement vôtre, l'équipe Esprit Barbecue !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *